miércoles, 15 de agosto de 2012

Music: Gulda - Mozart - Sonata in B flat major - Data of the Sonata - Data de la Sonata




Gulda - Mozart - Sonata in B flat major
video
video


The Piano Sonata in B-flat major, K. 333 (315c), was composed by Wolfgang Amadeus Mozart in Linz at the end of 1783.

Dating

There is no doubt that this sonata was first published on April 21, 1784 in Vienna by Christoph Torricella (along with K. 284 and K. 454, as op. 7). The actual date of composition, however, has proved more difficult to determine. In the first edition of his catalog (1862), Köchel gave the hypothetical date 1779, later clarified by Georges de Saint-Foix (1936) to "Salzburg, beginning of January–March 1779." However, Alfred Einstein, in the third edition of the Köchel catalog (1937), said that it was composed in "late summer 1778 in Paris." This date was maintained even until the sixth edition of the Köchel catalog (1964).

More recently, this date has been invalidated by the findings of Wolfgang Plath and Alan Tyson. On the basis of Mozart's script, Plath assigns the piece to the time around 1783/84, "likely not long before the appearance of the first print." Furthermore, Tyson convincingly demonstrates that the work was composed at the end of 1783, likely in November, around the same time as the "Linz Symphony", K. 425, when the Mozart couple made a stopover in Linz on their way back to Vienna from Salzburg. This new dating also fits stylistic criteria.[1]
Movements

The work is a sonata in three movements:

    Allegro
    Andante cantabile
    Allegretto grazioso

A typical performance takes about 23 minutes.


I. Allegro

The tune of the first movement is playful and lively. This simple melody is accompanied by the arpeggio-style chords played in the left hand. As the first few bars are established, the level gets higher and eventually restarts from a relatively lower level. The theme is repeated but then it varies and the climax builds slowly and ends with an arpeggio of C Major. The mood softens and a phrase is established which will be repeated 2 times in this key, but varied slightly by key. The first part slowly ends with the familiar arpeggio with the chord played (brokenly) and repeatedly.

The second part is introduced by varying the theme three times which leads to a minor key. It slowly establishes back to B-flat with a small spark that played the theme in minor key for a short time then slowly it builds up to a higher key.

The third part repeats the 1st part but in a higher key with few variations. It ends on the same key with a slight minor key change in the last few bars but building up to the key in time to end the first movement.


II. Andante cantabile

The second movement is an Andante Cantabile in E flat major. The movement opens with thirds in the right hand progressing to the more lyrical theme of the movement accompanied by flowing broken triads in the left hand. It soon modulates to B flat major for a 'minuet like' section. After this, the movement begins to modulate back to E flat major for a repeat of the exposition, however, after the first repeat, just as it seems to settle again in E flat major, the development begins in the G minor. From G minor it modulates to F minor, to C minor, to A flat major, to B flat minor and finally to E flat major at which point the recapitulation occurs. Throughout the second movement, chromaticism is present which occasionally evokes a slight sense of dissonance.


III. Allegretto

The third movement shows much similarity to the first by chord pattern and by music phrases. The first part starts simply but playfully. The theme is repeated but with the broken chords accompanying the melody. The mood slowly softens but a difficult melody is quickly established. It builds up and ends at a climax.

In the second part the first part is repeated until its course changes to a minor key. It then plays two phrases which will be repeated in different keys. The third part comes in quickly and unexpectedly. It comes to a section where the major and minor keys switch every few bars. It slowly comes back to the major key where it repeats the opening theme for the second time. It continues with phrases adapted from the first movement. Then comes a series of arpeggios which lead to a short pause preceding the final repeat of the first theme with accompaniment variations, ending the piece.


Español:






 Music: Gulda - Mozart - Sonata in B flat major - Data of the Sonata - Data de la Sonata





Ricardo M Marcenaro - Facebook

Operative blogs of The Solitary Dog:

solitary dog sculptor:
http://byricardomarcenaro.blogspot.com

Solitary Dog Sculptor I:
http://byricardomarcenaroi.blogspot.com

Para:
comunicarse conmigo,
enviar materiales para publicar,
propuestas:
marcenaroescultor@gmail.com

For:
contact me,
submit materials for publication,
proposals:
marcenaroescultor@gmail.com

Diario La Nación
Argentina
Cuenta Comentarista en el Foro:
Capiscum

My blogs are an open house to all cultures, religions and countries. Be a follower if you like it, with this action you are building a new culture of tolerance, open mind and heart for peace, love and human respect.

Thanks :)

Mis blogs son una casa abierta a todas las culturas, religiones y países. Se un seguidor si quieres, con esta acción usted está construyendo una nueva cultura de la tolerancia, la mente y el corazón abiertos para la paz, el amor y el respeto humano.

Gracias :)

 



Cars - Automoviles: 1946 Mercury Sportsman - Links


1946 Mercury Sportsman convertible 



















1946 Mercury Sportsman convertible 











1946 Mercury Sportsman convertible 


 



Cars - Automoviles: 1946 Mercury Sportsman - Links



Modelos Varios - Several models



Other cars - Otros automóviles








Ricardo M Marcenaro - Facebook

Operative blogs of The Solitary Dog:

solitary dog sculptor:
http://byricardomarcenaro.blogspot.com

Solitary Dog Sculptor I:
http://byricardomarcenaroi.blogspot.com

Para:
comunicarse conmigo,
enviar materiales para publicar,
propuestas:
marcenaroescultor@gmail.com

For:
contact me,
submit materials for publication,
proposals:
marcenaroescultor@gmail.com

Diario La Nación
Argentina
Cuenta Comentarista en el Foro:
Capiscum

My blogs are an open house to all cultures, religions and countries. Be a follower if you like it, with this action you are building a new culture of tolerance, open mind and heart for peace, love and human respect.

Thanks :)

Mis blogs son una casa abierta a todas las culturas, religiones y países. Se un seguidor si quieres, con esta acción usted está construyendo una nueva cultura de la tolerancia, la mente y el corazón abiertos para la paz, el amor y el respeto humano.

Gracias :)


Reflexions: François de La Rochefoucauld - Part 2 - 100 Reflexions Ou Sentences et Maximes Morales




101
Il arrive souvent que des choses se présentent plus achevées à notre esprit qu'il ne les pourrait faire avec beaucoup d'art.
102
L'esprit est toujours la dupe du coeur.
103
Tous ceux qui connaissent leur esprit ne connaissent pas leur coeur.
104
Les hommes et les affaires ont leur point de perspective. Il y en a qu'il faut voir de près pour en bien juger, et d'autres dont on ne juge jamais si bien que quand on en est éloigné.
105
Celui-là n'est pas raisonnable à qui le hasard fait trouver la raison, mais celui qui la connaît, qui la discerne, et qui la goûte.
106
Pour bien savoir les choses, il en faut savoir le détail; et comme il est presque infini, nos connaissances sont toujours superficielles et imparfaites.
107
C'est une espèce de coquetterie de faire remarquer qu'on n'en fait jamais.
108
L'esprit ne saurait jouer longtemps le personnage du coeur.
109
La jeunesse change ses goûts par l'ardeur du sang, et la vieillesse conserve les siens par l'accoutumance.
110
On ne donne rien si libéralement que ses conseils.
111
Plus on aime une maîtresse, et plus on est près de la haïr.
112
Les défauts de l'esprit augmentent en vieillissant comme ceux du visage.
113
Il y a de bons mariages, mais il n'y en a point de délicieux.
114
On ne se peut consoler d'être trompé par ses ennemis, et trahi par ses amis; et l'on est souvent satisfait de l'être par soi-même.
115
Il est aussi facile de se tromper soi-même sans s'en apercevoir qu'il est difficile de tromper les autres sans qu'ils s'en aperçoivent.
116
Rien n'est moins sincère que la manière de demander et de donner des conseils. Celui qui en demande paraît avoir une déférence respectueuse pour les sentiments de son ami, bien qu'il ne pense qu'à lui faire approuver les siens, et à le rendre garant de sa conduite. Et celui qui conseille paye la confiance qu'on lui témoigne d'un zèle ardent et désintéressé, quoiqu'il ne cherche le plus souvent dans les conseils qu'il donne que son propre intérêt ou sa gloire.
117
La plus subtile de toutes les finesses est de savoir bien feindre de tomber dans les pièges que l'on nous tend, et on n'est jamais si aisément trompé que quand on songe à tromper les autres.
118
L'intention de ne jamais tromper nous expose à être souvent trompés.
119
Nous sommes si accoutumés à nous déguiser aux autres qu'enfin nous nous déguisons à nous-mêmes.
120
L'on fait plus souvent des trahisons par faiblesse que par un dessein formé de trahir.
121
On fait souvent du bien pour pouvoir impunément faire du mal.
122
Si nous résistons à nos passions, c'est plus par leur faiblesse que par notre force.
123
On n'aurait guère de plaisir si on ne se flattait jamais.
124
Les plus habiles affectent toute leur vie de blâmer les finesses pour s'en servir en quelque grande occasion et pour quelque grand intérêt.
125
L'usage ordinaire de la finesse est la marque d'un petit esprit, et il arrive presque toujours que celui qui s'en sert pour se couvrir en un endroit, se découvre en un autre.
126
Les finesses et les trahisons ne viennent que de manque d'habileté.
127
Le vrai moyen d'être trompé, c'est de se croire plus fin que les autres.
128
La trop grande subtilité est une fausse délicatesse, et la véritable délicatesse est une solide subtilité.
129
Il suffit quelquefois d'être grossier pour n'être pas trompé par un habile homme.
130
La faiblesse est le seul défaut que l'on ne saurait corriger.
131
Le moindre défaut des femmes qui se sont abandonnées à faire l'amour, c'est de faire l'amour.
132
Il est plus aisé d'être sage pour les autres que de l'être pour soi-même.
133
Les seules bonnes copies sont celles qui nous font voir le ridicule des méchants originaux.
134
On n'est jamais si ridicule par les qualités que l'on a que par celles que l'on affecte d'avoir.
135
On est quelquefois aussi différent de soi-même que des autres.
136
Il y a des gens qui n'auraient jamais été amoureux s'ils n'avaient jamais entendu parler de l'amour.
137
On parle peu quand la vanité ne fait pas parler.
138
On aime mieux dire du mal de soi-même que de n'en point parler.
139
Une des choses qui fait que l'on trouve si peu de gens qui paraissent raisonnables et agréables dans la conversation, c'est qu'il n'y a presque personne qui ne pense plutôt à ce qu'il veut dire qu'à répondre précisément à ce qu'on lui dit. Les plus habiles et les plus complaisants se contentent de montrer seulement une mine attentive, au même temps que l'on voit dans leurs yeux et dans leur esprit un égarement pour ce qu'on leur dit, et une précipitation pour retourner à ce qu'ils veulent dire; au lieu de considérer que c'est un mauvais moyen de plaire aux autres ou de les persuader, que de chercher si fort à se plaire à soi-même, et que bien écouter et bien répondre est une des plus grandes perfections qu'on puisse avoir dans la conversation.
140
Un homme d'esprit serait souvent bien embarrassé sans la compagnie des sots.
141
Nous nous vantons souvent de ne nous point ennuyer; et nous sommes si glorieux que nous ne voulons pas nous trouver de mauvaise compagnie.
142
Comme c'est le caractère des grands esprits de faire entendre en peu de paroles beaucoup de choses, les petits esprits au contraire ont le don de beaucoup parler, et de ne rien dire.
143
C'est plutôt par l'estime de nos propres sentiments que nous exagérons les bonnes qualités des autres, que par l'estime de leur mérite; et nous voulons nous attirer des louanges, lorsqu'il semble que nous leur en donnons.
144
On n'aime point à louer, et on ne loue jamais personne sans intérêt. La louange est une flatterie habile, cachée, et délicate, qui satisfait différemment celui qui la donne, et celui qui la reçoit. L'un la prend comme une récompense de son mérite; l'autre la donne pour faire remarquer son équité et son discernement.
145
Nous choisissons souvent des louanges empoisonnées qui font voir par contrecoup en ceux que nous louons des défauts que nous n'osons découvrir d'une autre sorte.
146
On ne loue d'ordinaire que pour être loué.
147
Peu de gens sont assez sages pour préférer le blâme qui leur est utile à la louange qui les trahit.
148
Il y a des reproches qui louent, et des louanges qui médisent.
149
Le refus des louanges est un désir d'être loué deux fois.




150
Le désir de mériter les louanges qu'on nous donne fortifie notre vertu; et celles que l'on donne à l'esprit, à la valeur, et à la beauté contribuent à les augmenter.
151
Il est plus difficile de s'empêcher d'être gouverné que de gouverner les autres.
152
Si nous ne nous flattions point nous-mêmes, la flatterie des autres ne nous pourrait nuire.
153
La nature fait le mérite, et la fortune le met en oeuvre.
154
La fortune nous corrige de plusieurs défauts que la raison ne saurait corriger.
155
Il y a des gens dégoûtants avec du mérite, et d'autres qui plaisent avec des défauts.
156
Il y a des gens dont tout le mérite consiste à dire et à faire des sottises utilement, et qui gâteraient tout s'ils changeaient de conduite.
157
La gloire des grands hommes se doit toujours mesurer aux moyens dont ils se sont servis pour l'acquérir.
158
La flatterie est une fausse monnaie qui n'a de cours que par notre vanité.
159
Ce n'est pas assez d'avoir de grandes qualités; il en faut avoir l'économie.
160
Quelque éclatante que soit une action, elle ne doit pas passer pour grande lorsqu'elle n'est pas l'effet d'un grand dessein.
161
Il doit y avoir une certaine proportion entre les actions et les desseins si on en veut tirer tous les effets qu'elles peuvent produire.
162
L'art de savoir bien mettre en oeuvre de médiocres qualités dérobe l'estime et donne souvent plus de réputation que le véritable mérite.
163
Il y a une infinité de conduites qui paraissent ridicules, et dont les raisons cachées sont très sages et très solides.
164
Il est plus facile de paraître digne des emplois qu'on n'a pas que de ceux que l'on exerce.
165
Notre mérite nous attire l'estime des honnêtes gens, et notre étoile celle du public.
166
Le monde récompense plus souvent les apparences du mérite que le mérite même.
167
L'avarice est plus opposée à l'économie que la libéralité.
168
L'espérance, toute trompeuse qu'elle est, sert au moins à nous mener à la fin de la vie par un chemin agréable.
169
Pendant que la paresse et la timidité nous retiennent dans notre devoir, notre vertu en a souvent tout l'honneur.
170
Il est difficile de juger si un procédé net, sincère et honnête est un effet de probité ou d'habileté.
171
Les vertus se perdent dans l'intérêt, comme les fleuves se perdent dans la mer.
172
Si on examine bien les divers effets de l'ennui, on trouvera qu'il fait manquer à plus de devoirs que l'intérêt.
173
Il y a diverses sortes de curiosité: l'une d'intérêt, qui nous porte à désirer d'apprendre ce qui nous peut être utile, et l'autre d'orgueil, qui vient du désir de savoir ce que les autres ignorent.
174
Il vaut mieux employer notre esprit à supporter les infortunes qui nous arrivent qu'à prévoir celles qui nous peuvent arriver.
175
La constance en amour est une inconstance perpétuelle, qui fait que notre coeur s'attache successivement à toutes les qualités de la personne que nous aimons, donnant tantôt la préférence à l'une, tantôt à l'autre; de sorte que cette constance n'est qu'une inconstance arrêtée et renfermée dans un même sujet.
176
Il y a deux sortes de constance en amour: l'une vient de ce que l'on trouve sans cesse dans la personne que l'on aime de nouveaux sujets d'aimer, et l'autre vient de ce que l'on se fait un honneur d'être constant.
177
La persévérance n'est digne ni de blâme ni de louange, parce qu'elle n'est que la durée des goûts et des sentiments, qu'on ne s'ôte et qu'on ne se donne point.
178
Ce qui nous fait aimer les nouvelles connaissances n'est pas tant la lassitude que nous avons des vieilles ou le plaisir de changer, que le dégoût de n'être pas assez admirés de ceux qui nous connaissent trop, et l'espérance de l'être davantage de ceux qui ne nous connaissent pas tant.
179
Nous nous plaignons quelquefois légèrement de nos amis pour justifier par avance notre légèreté.
180
Notre repentir n'est pas tant un regret du mal que nous avons fait, qu'une crainte de celui qui nous en peut arriver.
181
Il y a une inconstance qui vient de la légèreté de l'esprit ou de sa faiblesse, qui lui fait recevoir toutes les opinions d'autrui, et il y en a une autre, qui est plus excusable, qui vient du dégoût des choses.
182
Les vices entrent dans la composition des vertus comme les poisons entrent dans la composition des remèdes. La prudence les assemble et les tempère, et elle s'en sert utilement contre les maux de la vie.
183
Il faut demeurer d'accord à l'honneur de la vertu que les plus grands malheurs des hommes sont ceux où ils tombent par les crimes.
184
Nous avouons nos défauts pour réparer par notre sincérité le tort qu'ils nous font dans l'esprit des autres.
185
Il y a des héros en mal comme en bien.
186
On ne méprise pas tous ceux qui ont des vices; mais on méprise tous ceux qui n'ont aucune vertu.
187
Le nom de la vertu sert à l'intérêt aussi utilement que les vices.
188
La santé de l'âme n'est pas plus assurée que celle du corps; et quoique l'on paraisse éloigné des passions, on n'est pas moins en danger de s'y laisser emporter que de tomber malade quand on se porte bien.
189
Il semble que la nature ait prescrit à chaque homme dès sa naissance des bornes pour les vertus et pour les vices.
190
Il n'appartient qu'aux grands hommes d'avoir de grands défauts.
191
On peut dire que les vices nous attendent dans le cours de la vie comme des hôtes chez qui il faut successivement loger; et je doute que l'expérience nous les fît éviter s'il nous était permis de faire deux fois le même chemin.
192
Quand les vices nous quittent, nous nous flattons de la créance que c'est nous qui les quittons.
193
Il y a des rechutes dans les maladies de l'âme, comme dans celles du corps. Ce que nous prenons pour notre guérison n'est le plus souvent qu'un relâche ou un changement de mal.
194
Les défauts de l'âme sont comme les blessures du corps: quelque soin qu'on prenne de les guérir, la cicatrice paraît toujours, et elles sont à tout moment en danger de se rouvrir.
195
Ce qui nous empêche souvent de nous abandonner à un seul vice est que nous en avons plusieurs.
196
Nous oublions aisément nos fautes lorsqu'elles ne sont sues que de nous.
197
Il y a des gens de qui l'on peut ne jamais croire du mal sans l'avoir vu; mais il n'y en a point en qui il nous doive surprendre en le voyant.
198
Nous élevons la gloire des uns pour abaisser celle des autres. Et quelquefois on louerait moins Monsieur le Prince et M. de Turenne si on ne les voulait point blâmer tous deux.
199
Le désir de paraître habile empêche souvent de le devenir.
200
La vertu n'irait pas si loin si la vanité ne lui tenait compagnie.





Reflexions: François de La Rochefoucauld - Part 2 - 100 Reflexions Ou Sentences et Maximes Morales 







Ricardo M Marcenaro - Facebook

Operative blogs of The Solitary Dog:

solitary dog sculptor:
http://byricardomarcenaro.blogspot.com

Solitary Dog Sculptor I:
http://byricardomarcenaroi.blogspot.com

Para:
comunicarse conmigo,
enviar materiales para publicar,
propuestas:
marcenaroescultor@gmail.com

For:
contact me,
submit materials for publication,
proposals:
marcenaroescultor@gmail.com

Diario La Nación
Argentina
Cuenta Comentarista en el Foro:
Capiscum

My blogs are an open house to all cultures, religions and countries. Be a follower if you like it, with this action you are building a new culture of tolerance, open mind and heart for peace, love and human respect.

Thanks :)

Mis blogs son una casa abierta a todas las culturas, religiones y países. Se un seguidor si quieres, con esta acción usted está construyendo una nueva cultura de la tolerancia, la mente y el corazón abiertos para la paz, el amor y el respeto humano.

Gracias :)







Poesia: Blanca Varela - A lo mejor eres tú mismo el tren que pita y se mete bajo... - A media voz - Aquella torturada nube parecía tan firme... - A rose is a rose - Bio Data - Links




A lo mejor eres tú mismo el tren que pita y se mete bajo...

A lo mejor eres tú mismo el tren que pita y se mete bajo
       tierra rumbo al infierno o la estrella de chatarra que te
       lleva frente a otro muro lleno de espejos y de gestos,
       endiablados gestos sin dueño y tú tras ellos, solo, feliz
       propietario de una boca escarlata que muge.
Pega el oído a la tierra que insiste en levantarse y respirar.
Acaríciala como si fuera carne, piel humana capaz de
       conmoverte, capaz de rechazarte.
Acepta la espera que no siempre hay lugar en el caos.
Acepta la puerta cerrada, el muro cada vez más alto, el
       saltito, la imagen que te saca la lengua.
No te trepes sobre los hombros de los fantasmas que es
       ridículo caerse de trasero with music in your soul.

 


A media voz

la lentitud es belleza
copio estas líneas ajenas
respiro
acepto la luz
bajo el aire ralo de noviembre
bajo la hierba
sin color
bajo el cielo cascado
y gris
acepto el duelo y la fiesta
no he llegado
no llegaré jamás
en el centro de todo
esta el poema intacto
sol ineludible
noche sin volver la cabeza
merodeo su luz
su sombra animal
de palabras
husmeo su esplendor
su huella
sus restos
todo para decir
que alguna vez
estuve atenta
desarmada

sola casi
en la muerte
casi en el fuego

 


Aquella torturada nube parecía tan firme...

V
Aquella torturada nube parecía tan firme,
ambulando,
desgarrando,
chocando con masas de ángeles.

Cóncava,
valva de nieve y soledad,
de trajín y música constante,
de arena, de resplandor
y fuga,
desierto etiope
en un tutti de gemidos
y sorpresa.

Tan exacta
sobre el laberinto de la pupila,
color perdido
de vieja misiva,
terrible silencio
de quien ha sacudido el aire
y conoce el vado de los sollozos.
Continuaba,
migradora,
llave del torbellino
como una gota pura
preñada de su propia existencia.






A rose is a rose

inmóvil devora luz
se abre obscenamente roja
es la detestable perfección
de lo efímero
infesta la poesía
con su arcaico perfume



Blanca Leonor Varela Gonzáles (*Lima, Perú, 10 de agosto de 1926 - † 12 de marzo de 20091 ) considerada como una de las voces poéticas más importantes de la actualidad en América Latina. Se inició en poesía en la Universidad Nacional Mayor de San Marcos en la capital peruana, donde ingresó en 1943 para estudiar Letras y Educación.

En esta universidad conoce a Sebastián Salazar Bondy, Javier Sologuren, Jorge Eduardo Eielson, y a quien sería su futuro esposo, el pintor Fernando de Szyszlo con quien tuvo dos hijos.

A partir de 1947 empezó a colaborar en la revista "Las Moradas" que dirigía Westphalen; En 1949 llegó a París, donde entraría en contacto con la vida artística y literaria del momento de la mano de Octavio Paz, una figura determinante en su carrera literaria, que la conectaría con el círculo de intelectuales latinoamericanos y españoles radicados en Francia.

De esta etapa data su amistad con Sartre, Simone de Beauvoir, Henri Michaux, Alberto Giacometti, Léger, Tamayo y Carlos Martínez Rivas, entre otros.

Después de su larga temporada en París, Varela vivió en Florencia y luego en Washington, ciudades donde se dedicó a hacer traducciones y eventuales trabajos periodísticos.

En 1962 regresa a Lima para establecerse definitivamente y cuando viaja suele hacerlo principalmente a los Estados Unidos, España y Francia.

El hecho que algunas de sus obras hayan sido traducidas al alemán, francés, inglés, italiano, portugués y ruso implica un reconocimiento a su obra fuera de las fronteras de su país natal. A diferencia de otros escritores, Blanca Varela no acostumbraba a dar entrevistas y sus apariciones en público son más bien escasas y discretas.

Ha sido condecorada con la Medalla de Honor por el Instituto Nacional de Cultura del Perú.

Murió el 12 de marzo de 2009 en Lima, a la edad de 82 años.


Obras

    Ese puerto existe. 1959
    Luz de día (poemario) 1963
    Valses y otras falsas confesiones. 1971
    Ejercicios materiales.
    El libro de barro. 1993
    Concierto animal.
    Canto Villano. (Su primera recopilación fundamental) 1978
    Poesía escogida.
    Como Dios en la nada. Se trata de su antología de 1949 a 1988.
    Donde todo termina abre las alas. (Poesía reunida)2 1949 - 2000
    El falso teclado. 2000
    La muerte se escribe sola...
    destiempo

Premios

Obtuvo el Premio Octavio Paz de Poesía y Ensayo en el año 2001.

En octubre de 2006 se convirtió en la primera mujer que gana el Premio Internacional de Poesía Ciudad de Granada Federico García Lorca, dotado con 50.000 €.

Durante la ceremonia de entrega del premio antes mencionado, el 10 de mayo de 2007, en el palacete del Ayuntamiento de Granada, se anuncia que Blanca Varela gana la XVI edición del Premio Reina Sofía de Poesía Iberoamericana, dotado con 42.100 €, convocado conjuntamente por el Patrimonio Nacional de España y la Universidad de Salamanca.  





Poesia: Blanca Varela - A lo mejor eres tú mismo el tren que pita y se mete bajo... - A media voz - Aquella torturada nube parecía tan firme... - A rose is a rose - Bio Data - Links


 





Ricardo M Marcenaro - Facebook

Operative blogs of The Solitary Dog:

solitary dog sculptor:
http://byricardomarcenaro.blogspot.com

Solitary Dog Sculptor I:
http://byricardomarcenaroi.blogspot.com

Para:
comunicarse conmigo,
enviar materiales para publicar,
propuestas:
marcenaroescultor@gmail.com

For:
contact me,
submit materials for publication,
proposals:
marcenaroescultor@gmail.com

Diario La Nación
Argentina
Cuenta Comentarista en el Foro:
Capiscum

My blogs are an open house to all cultures, religions and countries. Be a follower if you like it, with this action you are building a new culture of tolerance, open mind and heart for peace, love and human respect.

Thanks :)

Mis blogs son una casa abierta a todas las culturas, religiones y países. Se un seguidor si quieres, con esta acción usted está construyendo una nueva cultura de la tolerancia, la mente y el corazón abiertos para la paz, el amor y el respeto humano.

Gracias :)






NASA: New Zealand - Pacific Ocean - NASA Satellites Pinpoint Volcanic Eruption - It is happening now - August 2012

NASA Satellites Pinpoint Volcanic Eruption
acquired July 19, 2012 download large image (1 MB, JPEG, 2048x1592)
NASA Satellites Pinpoint Volcanic Eruption
acquired July 19, 2012 download large image (2 MB, JPEG, 2048x1592)
acquired July 19, 2012 download Google Earth file (KMZ)
Midway on its 800-kilometer (500-mile) voyage from Auckland to Raoul Island, New Zealand, the HMNZS Canterbury received an intriguing report: a maritime patrol aircraft had spotted a vast area of open ocean covered with floating pumice. Soon after, the ship was sailing through a mass of buoyant volcanic rocks. Up to two feet thick, the pumice raft was about half a nautical mile (1 kilometer) wide, and “extended sideways as far as the eye could see,” wrote Rebecca Priestley, a science writer aboard the ship. Although the lightweight, gas-filled pumice posed no threat to the Canterbury, enough got stuck in the water filters to provide samples for analysis.
Though the pumice was spread over a vast area of the South Pacific, the origin was a mystery to the crew of the ship. An undersea volcano several hundred kilometers to the north of the pumice—Monowai—had erupted on August 3, but an airline pilot reported seeing pumice as early as August 1. Two data sources provided clues to pinpoint the volcano: earthquake records and satellite imagery. After reports of the pumice rafts surfaced, scientists from Tahiti and New Zealand’s GNS Science connected the eruption with a cluster of earthquakes in the Kermadec Islands on July 17 and 18.
Working independently of GNS, volcanologist Erik Klemetti and NASA visualizer Robert Simmon examined a month’s worth of satellite imagery from NASA’s Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer (MODIS). They discovered the first signs of the eruption—ash-stained water, gray pumice, and a volcanic plume—in imagery from 9:50 a.m. and 2:10 p.m. (local time) on July 19, 2012. (Although the Kermadec Islands are east of the International Date Line, they follow New Zealand time.)
Hidden by clouds in the morning image (above, top), the site of the eruption is clearly visible in the afternoon image (lower). Klemetti matched the satellite imagery with ocean floor bathymetry to identify Havre Seamount as the likely source. The eruption was strong enough to breach the ocean surface from a depth of 1,100 meters (3,600 feet).
Alain Bernard of the Laboratoire de Volcanologie, Université Libre de Bruxelles analyzed nighttime imagery from MODIS and found heat from the eruption at 10:50 p.m. on July 18, 2012, the earliest evidence of the Havre Seamount eruption reaching the ocean surface.
By July 21, the eruption appeared to have waned, leaving behind the dense rafts of pumice. Winds and currents spread the pumice into a series of twisted filaments, spread over an area about 450 by 250 kilometers (280 by 160 miles) as of August 13.
  1. References

  2. Bernard, Alain. (2012, August). Hot Spots from the July 18 Eruption in Kermadec volcanic arc. Accessed August 13, 2012.
  3. Klemetti, Erik. (2012, August 13). Havre Seamount: The Source of Kermadec Island Pumice Raft? Accessed August 13, 2012.
  4. New Zealand Defence Force (2012, August 10). Defence Force Locates 7500Sq Miles of Pumice From Underwater Volcano Accessed August 13, 2012.
  5. Priestley, Rebecca. (2012, August 8–11). Kermadecs voyage #2: The Mystery of the Floating Pumice. Accessed August 13, 2012.
  6. Radio New Zealand. (2012, August 13). Origin of Pumice Raft Found. Accessed August 13, 2012.
  7. Université Libre de Bruxelles. (2012, August). Hot Spots from the July 18 Eruption in Kermadec Volcanic Arc. Accessed August 13, 2012.
NASA image courtesy Jeff Schmaltz, LANCE MODIS Rapid Response Team at NASA GSFC. Caption by Robert Simmon. Detective work by Erik Klemetti.
Instrument: 
Terra - MODIS

NASA: New Zealand - Pacific Ocean - NASA Satellites Pinpoint Volcanic Eruption - It is happening now - August 2012


Ricardo M Marcenaro - Facebook

Operative blogs of The Solitary Dog:

solitary dog sculptor:
http://byricardomarcenaro.blogspot.com

Solitary Dog Sculptor I:
http://byricardomarcenaroi.blogspot.com

Para:
comunicarse conmigo,
enviar materiales para publicar,
propuestas:
marcenaroescultor@gmail.com

For:
contact me,
submit materials for publication,
proposals:
marcenaroescultor@gmail.com

Diario La Nación
Argentina
Cuenta Comentarista en el Foro:
Capiscum

My blogs are an open house to all cultures, religions and countries. Be a follower if you like it, with this action you are building a new culture of tolerance, open mind and heart for peace, love and human respect.

Thanks :)

Mis blogs son una casa abierta a todas las culturas, religiones y países. Se un seguidor si quieres, con esta acción usted está construyendo una nueva cultura de la tolerancia, la mente y el corazón abiertos para la paz, el amor y el respeto humano.

Gracias :)